jeudi 7 janvier 2010

Pilules/pills/ pastiglie: des messages brefs pour réfléchir vite! Aujourd'hui: la crise

L’étymologie grecque et latine du mot crise nous renvoie aux concepts de « décision » et de « choix », soit à l'idée d'un moment charnière, où les choses se décident. Nous pouvons donc sortir de la crise et la dépasser, ou nous y enliser. On retrouve la même idée dans l'étymologie de l’équivalent chinois du mot crise, « Wei Ji » qui signifie à la fois un danger et une opportunité, une situation paradoxale, mais qui permet de changements positifs. Dans ces sens, la crise revêt donc un potentiel de renouveau: saurions-nous le saisir?

2 commentaires:

  1. Bonjour Antonella. Oui, le mot crise évoque la notion de Bifurcation (comme on dit dans la théorie du chaos) avec une alternative que Ervin Laszlo qualifie de "Breakdown or Breakthrough" (je n'ai jamais trouvé de traduction en Français qui reflète aussi élegamment ce concept. Ceci signifie que nous allons être confrontés, par définition, à un changement très disruptif, voire brutal.Alors se pose une bonne question: Qu'est-ce qui peut faire que nous allions vers le "breakthrough" plutôt que vers le "breakdown"? Il semble que beaucoup s'accordent à penser qu'il faut éliminer la fragmentation (dont vous parlez d'ailleurs avec juste raison). Autrement dit: augmentez l'union (si l'on acepte que fragmentation-union constitue la tension de deux forces opposées). Dés lors, nous en sommes à: comment augmenter l'union? Il existe deux manières d'obtenir cela: a) La présence d'un danger clair et imminent: Par exemple, l'occurrence d'une catastrophe naturelle violente va éliminer les divergences individuelles: les ennemis d'hier se donneront la main. La révolution provoque l'évolution. Ou bien b) une élévation de conscience individuelle provoque cette défragmentation: On devient conscient de nos gaspillages, des écarts riches-pauvres, de ce qui ne va pas dans notre monde, et on commence alors sa propre révolution. L'évolution provoque la révolution, en tout cas une forme d'éveil. Je pourrais dire : d'éducation, si on accepte de revenir au sens étymologique: e-ducere: faire sortir de soi. Donc, si par "éducation à la joie", vous voulez dire "faire sortir ce qu'il y a de bon et de joyeux dans chacun de nous dans un but d'unification avec son monde", alors je suis de tout coeur avec vous.

    RépondreSupprimer
  2. Oui Chris, il s'agit de faire sortir ce qu'il y a de bon et de joyeux dans chacun de nous dans un but d'unification avec son monde, comme vous le dites. Il s'agit d'abord pour moi de mettre en lumière la joie de vivre selon une acception qui va au delà de l'émotion, mais se relie à un état de la conscience supérieur, duquel notre civilisation s'est coupée. Car la joie est divine... Merci de vos paroles et à bientôt!
    antonella

    RépondreSupprimer

Membre du