vendredi 20 juillet 2012

L'école, telle qu'elle est aujourd'hui, elle n'est pas nécessaire....

Je tiens à apporter cette petite nuance sur l'école, (telle qu'elle est aujourd'hui) pour clarifier mes propos, pourtant très bien reflétés dans le corps de l'interview publiée dans le magazine KAIZEN (n°3 juillet-aout 2012). L'école est importante, mais elle n'est pas le seul et unique lieu d'apprentissage. Surtout dans le monde actuel qui offre des multiples occasions d'apprendre et se former, par des experiences éducatives différentes (l'école à la maison, le réseau alternatif, etc.), mais aussi via l'Internet, la télévision, bref, tout ce qui concerne l'éducation informelle. D'où le titre l'école n'est pas nécessaire...




3 commentaires:

  1. bonjour,
    je découvre le résumé de votre thèse "l'éducation à la joie" et en lisant ces phrases "comment ne pas vivre divisé quand on nous oblige à nous tenir etc... depuis le plus jeune âge", je pense comme une évidence que l'école occidentale nous amène à son très logique pic de suicides chez les jeunes adultes, soumis au contact du monde économique et à cette terrible pression d'abandon de ce qui leur reste d'ipséité... avez-vous développé ce thème, éducation contrainte occidentale et schizophrénie ?

    dans un autre ordre de questionnement, séjournez-vous toupours à Auroville ? (nous envisageons quelque peu mon amie et moi, avec un enfant de 7 ans, d'y séjourner, et votre position sur l'enseignement nous passionne !)

    eric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      non je n'ai pas développé les thèmes "éducation, contrainte occidentale et schizophrénie" en particulier, mais si vous voulez en savoir plus sur mon approche j'ai publié un article plus complet résumant ma thèse "Eduquer à la joie" qui se trouve sur ce même blog (un des premiers posts). Je n'ai jamais séjourné à Auroville, mais je m'y suis rendue très très souvent. Je vous suggère d'y passer quelque jour (au mois une dizaine) avant de prendre la décision de vous y installer! Merci !
      Antonella

      Supprimer
  2. Partir de ce qu'ils aiment, suivre leurs intérêts, les accompagner... cela me parle complètement dans mon activité pro et dans ma vie de maman. j'appelle cela "l'apprentissage naturel" Le défi actuel des parents, c'est de pouvoir payer une scolarité alternative. Et contradictoirement, je reçois ces mêmes enfants en consultations, justement pour accompagner et transmettre les notions de savoir-être, l'éducation émotionnelle.

    Faire évoluer l'éducation des enfants, c'est une affaire à la fois familiale et professionnelle. C'est tellement énorme comme défi que cela demande une action autant individuelle à notre mesure qu'une action collective de personnes passionnées.

    RépondreSupprimer

Membre du