mardi 3 octobre 2017

Interview imaginaire à Maria Montessori (suite)





MM : Je vous explique... dans ma vision, toute l'humanité ne forme qu'un seul organisme et chaque être vivant est un agent de la création. Les différents éléments qui composent notre univers sont distingués en agents inorganiques (la terre, l'eau, l'air et le feu), et agents organiques, non-vivants et vivants (les végétaux, les animaux, les enfants et les adultes). Ces différents agents participent à la création continue de l'univers, guidés par une intelligence universelle. C’est un équilibre harmonieux qui est obtenu grâce à une cohésion et une organisation des tâches et du travail de chacun des agents. Pourtant, l'homme a échoué car il n'a pas compris qu'il existe un domaine à explorer dans l'humanité elle-même.  Je suis convaincue que nous pouvons réaliser cela grâce à l'enfant.


A : C’est à dire ?

MM : J’y arrive... Je veux dire par là que la tâche de l'enfant est de construire l'homme : pour accomplir cette mission, la nature a initié un plan de développement physique et psychique. C’est un programme évolutif d'ouverture au monde réel qui est inscrit dans l'enfant et généré par des périodes sensibles  créatives : de la naissance à l'âge de 6 ans et de l'âge de 6 à 12 ans.

A : C’est ce que vous entendez lorsque vous affirmez que, je vous cite : « chaque être vivant porte en lui son plan de développement, un schéma préétabli par l'ordre de la vie » ?

MM : Oui, un plan qui est en effet très précis ! Le premier travail cosmique de l'enfant est l'incarnation dans la matière, c’est la période de l'esprit  absorbant  où l'éducation est très concrète car l'enfant construit sa personnalité. Ensuite, l'esprit de l'enfant devient raisonnant, c'est la période des grandes questions où l'enfant cherche sa place dans l'univers, il essaye de comprendre et construit sa personnalité sociale. Pour résumer, le point principal de l’éducation cosmique est le renvoi continuel de l’expérience personnelle à celle universelle, du concret à l’abstrait, de l’analyse à la synthèse.

A : Cela correspond à une vision de la vie très harmonieuse, mais aussi très ordonnée. Quelle est donc la place du plaisir d’apprendre et de la joie de vivre spontanée de l’enfant dans cette approche ? Tout n’est pas déterminé à l’avance ? Il y a t’il de la place pour l’improvisation ? Pour la créativité ?

MM : Bien évidemment ! J’ai moi-même affirmé que l'intelligence ne peut être menée que par le désir. Pour qu'il y ait désir, il faut qu'il y ait plaisir et joie. L'intelligence ne grandit et ne porte de fruits que dans la joie. La joie d'apprendre est aussi indispensable aux études que la respiration aux coureurs ![1]

A : Oui, c’est une phrase assez connue que je cite souvent moi-même ![2] Mais ma question porte sur la place à la spontanéité qui est quand même la caractéristique de cette joie de vivre chez les enfants...


La Casa dei Bambini
MM : Je comprends... pour vous répondre vous n’avez qu’à observer les enfants dans mes classes où tout est mis en place pour les stimuler et susciter leur curiosité.[3] Ils sont libres, mais encadrés dans un environnement bienveillant, la seule prérogative pour qu’ils puissent développer leurs aptitudes dans la joie et le respect de leurs particularités. Et ceci est vrai tant pour les enfants qui ont des difficultés d'apprentissage que pour ceux qui s'ennuient à l'école. Quand je pense que on me disait que à la « Casa dei Bambini » (La maison des enfants) il n’y avait que des enfants retardés ! Alors que les enfants avec moi apprenaient à écrire et à lire avant les autres !

La Maison des Enfants, San Lorenzo, 1915
A ce propos, je me souviens qu’un jour, dans une classe de petits qui avaient commencé à lire un peu, j’ai décidé de faire un test et j’ai écrit au tableau noir : « Si vous savez lire ceci, venez m'embrasser. » Silence, rien ne se passe. Plusieurs jours s'écoulèrent sans que l'inscription ne provoquât aucune réaction. Peut-être, je me suis dite, qu’ils croient que j'ai écrit ça pour m'amuser, exactement comme ils l’auraient fait. Enfin, le quatrième jour, une toute petite bonne femme, haute comme trois 
pommes, est venue à moi et m’a dit : « Eccomi» (me voici) et elle m'a embrassée ! Vous n’imaginez pas la joie, non seulement la mienne, mais la sienne ! La joie de devenir autonome, d’avoir réussi toute seule! Aussi, vous connaissez sans doutes cette fameuse expression que mes enfants répétaient « apprends-moi à faire seul » ?

A : Oui, c’est même le titre d’un livre récent[4] sur votre méthode !

MM : Ah bien ! Je voudrais aussi ajouter est que cette autonomie est une joyeuse conquête de l’esprit. C’est une conquête qui se fait sans fatigue à l’âge de l’esprit absorbant, où la connaissance est assimilée comme un aliment vivifiant. Dans tout ça, l’éducateur, (et pas l’instituteur s’il vous plait, il faut abolir ce terme), doit savoir susciter chez l’enfant le plus profond intérêt en même temps qu’une attention vive et constante. Il ne s’agit donc que de cela : utiliser la force intérieure de l’enfant pour sa propre éducation.  C’est comme ça que l'enfant est mis en condition de découvrir par lui même. C'est une méthode qui privilégie la liberté, mais attention, c’est une liberté accompagnée de l'adulte, pas dirigée par l'adulte !

Dans la joie de raisonner et de suivre son intuition, pour revenir toujours à ce qui vous tient à cœur, la joie, l’enfant travaille tout seul avec enthousiasme dans cette concentration libre où il ne craint pas d’être interrompu ni critiqué car il sait que son travail et sa concentration seront respectés. Il réalise ainsi la construction de sa personnalité.  

... à suivre...


[1] Cette citation est attribuée en effet à Maria Montessori, mais aussi à la philosophe Simon Weil dans son ouvrage L'attente de Dieu, Albin Michel, 2016
[2] Notamment dans mon livre Renouer avec la Joie de l’enfance, Eyrolles, 2017, mais aussi dans mon TEDX:
https://youtu.be/gzfWWJMZHWM
[3] A ce propos, si vous ne pouvez pas  vous inviter dans une classe Montessori, regardez le très beau film d’Alexandre Mourot, Le Maitre est l’enfant, actuellement en salle ! https://www.youtube.com/watch?time_continue=9&v=p21WVdB-aJA

[4] Charlotte Poussin, Apprends moi à faire seul, Eyrolles, 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Membre du